L’Oeil du Maître – Histoire d’Île et d’Ailes (NO1600)

Un rendez-vous audacieux entre folk, post-rock, poésie et réminiscences gainsbourgeoises, voilà ce que nous a récemment proposé L’Œil du Maître sur son surprenant album-concept « Histoire d’Île et d’Ailes ».

Derrière cet étrange patronyme se cachent Yvan Robin, compositeur mais également écrivain (il est l’auteur du récent « La disgrâce des noyés » publié aux éditions La Baleine) et ancien membre du groupe Les Gens, ainsi que Norbert Labrousse, aussi aperçu au sein du Prince Miiaou. Si les deux protagonistes de cette expérience musicale n’en sont pas à leur coup d’essai, ils s’éloignent de leurs univers habituels pour proposer un projet ambitieux, original et à l’étonnante maitrise.

Faisant fi de toutes contraintes, le duo Robin/Labrousse nous transporte tout au long de ces onze titres sur la route sinueuse d’un amour impossible. Les textes, déclamés à la limite du spoken word par la voix rauque d’Yvan Robin (qui se plait à décrire ses compositions comme des chansons « déchantées »), amènent rapidement l’auditeur dans un univers gorgé de poésie et d’onirisme. Un onirisme porté par des mots aux sonorités exotiques et constamment mis à l’épreuve dans des jeux de langage les plus facétieux– en témoigne le titre-même de l’album.

Mais ces textes à la lisière de la poésie ne constituent pas le seul atout de cette œuvre pour le moins singulière. Musicalement, on frise le sublime sur certain titres : « Comment tu t’appelles » avec sa basse et son synthé suspendus, « En toi » à l’impeccable voix de fer entre Yvan Robin et la sensuelle Maud-Elisa Mandeau, ou encore « Les oiseaux », morceau logé dans les méandres d’une pop souterraine presque insondable.  Sans oublier les remarquables « Le secret » à la tension croissante mais maitrisée ainsi que « Les Maux », chanson bipolaire alternant violentes bourrasques et belles éclaircies.

« Histoire d’Île et d’Ailes » surprend à tout instant, étonne à la fois par son énorme palette d’ambiances, et paradoxalement par sa grande homogénéité. Ce disque clair-obscur fera très certainement date et l’on attend déjà avec impatience les fruits de cette fraiche collaboration.

Antoine Meersseman

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s