Pays à l’honneur: Thaïlande

Du 1er novembre 2009 au 31 janvier 2010

Destination touristique prisée grâce à ses paysages de rêve et sa population souriante, la Thaïlande possède un autre atout essentiel : sa musique. Nourrie des influences prégnantes des grandes civilisations voisines (Inde, Chine, Cambodge, puis Occident), la musique thaïlandaise s’est développée dans plusieurs directions tout à fait originales.

En première approche, la culture musicale thaïlandaise peut être divisée en deux grandes catégories : la musique traditionnelle (ou musique dite « classique ») et la musique folklorique. La première, qui a connu son apogée au 18e siècle (avec le début de la « période de Bangkok », âge classique de la Thaïlande), est une musique d’ensemble liée à la cour, au culte et au divertissement (elle accompagnait alors des pièces de théâtre). La seconde trouve son origine dans les strates populaires et laborieuses de la population. Très diversifiée, elle forme une mosaïque de style et s’exprime dans une myriade de langues. Liée aux activités humaines, elle rythme la vie aux champs et dans les montagnes. À ces deux catégories principales, on doit encore ajouter la musique populaire actuelle, marquée en profondeur par la musique occidentale — et en particulier par le rock américain des années 1960. Au-delà de l’effort de s’approprier les gimmicks particuliers à celui-ci, les artistes populaires thaïlandais ont créé un hybride qui leur est propre en y injectant une bonne dose de leur héritage culturel : la musique string.

Nous vous proposons un aperçu de cet univers musical aussi riche et varié que surprenant. A découvrir dans nos bacs « Suggestions »!

La musique traditionnelle :

♪ La musique traditionnelle thaïlandaise a connu son véritable essor à partir de la « période de Bangkok » (qui commence en 1782), laquelle période correspond à une remarquable renaissance des arts après de longues décennies de guerre. L’influence de la littérature s’avéra alors primordiale : plusieurs chefs-d’œuvre littéraires furent réécrits pour le théâtre et accompagnés de musique. Cette musique se caractérise par sa structure horizontale composée d’une mélodie principale qui est jouée simultanément par divers instruments selon leurs propres variantes, le tout sur fond d’un tempo constant et aux pulsations régulières, marqué par très peu de syncopes. Elle marque par ailleurs l’emphase sur le dernier temps d’une mesure (par opposition à la musique d’influence occidentale qui marque l’emphase sur le premier temps).

♪ Au sein de la musique traditionnelle thaïlandaise, on peut distinguer trois types d’ensemble : le piphat (composé d’instruments à vent et de percussions),  le kreung sai (constitué d’instruments à cordes) et le mahori (qui associe la flûte à des instruments à cordes et à des instruments de percussion mélodiques).

Le piphat : pi signifie hautbois et phat fait référence aux percussions. La voix est également importante. D’une manière générale, la musique jouée par cet ensemble est répétitive, et chaque instrument ornemente à sa guise la mélodie principale. Le piphat est lié au rituel ; il accompagne également des drames dansés. ► MY 7493, MY 7696, MY 7644

Le kreung sai : il s’agit d’un ensemble à cordes qui joue essentiellement des musiques de divertissement. Il se produit à l’occasion des mariages et d’autres cérémonies festives. Son thème de prédilection est l’amour. ► MY 7493

Le mahori : cet ensemble est un mélange des deux précédents au sens où il combine l’aspect percussif du premier aux cordes du second. Jouant une musique orchestrale, il accompagne aussi des danses ainsi que des chants épiques. ► MY 7645, MY 7696, MY 7742

La musique folklorique :

♪ Formée d’une mosaïque de styles et s’exprimant dans une myriade de langues locales, la musique folklorique thaïlandaise présente un visage contrasté et polymorphe. De cette multiplicité se dégagent néanmoins quelques genres majeurs qui se caractérisent par l’importance de leur auditoire et leur impact sur la culture thaï d’aujourd’hui. On compte parmi ceux-ci le morlam (ou molam), le kantrum et le lukthung.

Le morlam est une musique folk de l’Isan (région du nord-est de la Thaïlande, dont la population est majoritairement d’origine laos). Il se distingue par la rapidité des vocalises rythmiques du chanteur, qui est souvent accompagné d’un joueur de khên (sorte d’orgue à bouche). Puisant ses racines dans les couches pauvres des populations rurales, ce genre musical s’est propagé dans toute la Thaïlande à la faveur de l’expansion du royaume de Siam aux 18e et 19e siècles. Outre la quinzaine de variantes régionales, il s’est développé une version moderne et électrifiée du morlam : le morlam sing, lequel témoigne de la vitalité et de l’impact de ce genre dans la culture thaï. ► MY 7545, MY 7779

Le kantrum est une musique de danse qui s’est développée dans la région frontalière entre la Thaïlande et le Cambodge. Dans sa version traditionnelle, chant, percussions et vielles dominent les morceaux. Dans les années 1980, une forme plus moderne, à base d’instruments électroniques, se développa. Darkie fut le premier chanteur à s’illustrer dans le style et à acquérir une certaine renommée. ► MY 7685

Le lukthung constitue la forme la plus populaire de « musique country » en Thaïlande. Témoignage du dur labeur de la vie aux champs, il développe un tempo lent sur lequel les interprètes font usage d’un chant expressif à base de nombreux vibratos (qui ne sont pas sans évoquer le yodel). Né au cours du 20e siècle, ce genre mêle des influences latino-américaines, indonésiennes, malaisiennes et japonaises à des éléments issus de la musique country et de la musique de films américains.

3a La première vedette du genre fut Surapol Sombatcharoen (surnommé l’Elvis thaïlandais) qui connu un succès phénoménal entre 1952 (lorsqu’il signa son premier hit) et son assassinat en 1968. ► MY 7798

3b Dans les années 1980, l’immense star Pompuang Duangjan (considérée comme la plus grande chanteuse thaïlandaise) en modernisa la forme, inaugurant ainsi ce que l’on appelle désormais le lukthung électronique. ► MY 7687

3c Les grands noms actuels de lukthung sont Sunaree Ratchasima (► MY 7790), Mike Piromporn (► MY 7775, MY 7776, MY 7777) et Monsit Kamsoi (► MY 7750), mais la jeune Jieb Benjaporn (► MY 7677) ainsi que le duo Sayan & Mo (► MY 7792 ) méritent également une écoute en raison de la qualité et de la fraîcheur de leur approche du genre.

3d Originaire de la région d’Isan et née dans une famille de chanteurs de morlam, Siriporn Ampaipong maîtrise tant le morlam que le lukthung. Mais elle est célèbre aussi et surtout pour ses ballades sentimentales. ► MY 7668

La musique pop et rock :

♪ La musique populaire thaïlandaise actuelle est essentiellement le fruit d’un important métissage des styles traditionnels et occidentaux. Outre les versions électroniques modernes du morlam (le morlam sing), du kantrum et du lukthung (le luktung électronique) dont il a été question ci-dessus, il existe un important mouvement rock inspiré directement de la scène américaine des années 1960 : le wong shadow (en référence à The Shadows) qui évoluera rapidement en ce que l’on appelle la musique string. Ce terme désigne aujourd’hui la pop thaïlandaise dans son acception la plus large : rock, danse, hip hop… bref, toutes les musiques thaïlandaises influencées par l’Occident.

♪ On trouvera un bel éventail de la musique populaire thaïlandaise contemporaine, tant dans ses composantes héritées de la tradition que dans celles inspirées de l’Occident, sur trois importantes compilations :

Radio Thailand (Transmissions from the Tropical Kingdom) (► MY 7498) : sur 2 CD, cette compilation donne un aperçu assez large de la diversité de la musique populaire thaïlandaise à travers le medium de la radio. Les 23 titres qui y sont présentés ont été enregistrés directement depuis la radio entre 1989 et 2004, en différents endroits de Thaïlande. Toute la variété des styles de la musique thaïlandaise (traditionnelle et actuelle) y trouve sa place. Dépaysement assuré, avec interventions de DJ’s, pub, flashs info, cours de langue, etc.

Thai Pop Spectacular 1960s-1980s (► MY 7569) : Prolifique durant ces 3 décennies de gestation et formation, la musique pop thaïlandaise s’offre dans toute sa richesse et son opulence sur cette compilation qui juxtapose titres majeurs et morceaux plus méconnus.

Siamese Soul : Thai Pop Spectacular vol.2 1960s-1980s (► MY 7568) : Après le succès du premier volume, la série continue dans la même veine.

Sylvain Isaac (collection Musiques du Monde)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s